Monsieur le Président, Cher-es collègues,

Ce pourrait être un lieu commun que de dire que l’examen du Budget primitif est un moment fort, essentiel, de la vie de notre collectivité. Pourtant, le budget primitif 2014 de la Communauté Urbaine revêt cette année une triple importance : il nous permet en effet non seulement d’apprécier la situation financière actuelle de la collectivité, mais aussi de faire le point sur le bilan des 6 années passées et bien évidemment sur notre capacité à nous projeter sereinement dans l’avenir.

Nous avons a plusieurs reprises, lors des exercices précédents, pu saluer le travail d’Alain Fontanel, et bien que la stabilité fiscale à laquelle nous sommes attachés ait été quelque peu écornée ces dernières années au niveau communautaire, nous nous sommes toujours efforcés d’apprécier la qualité des budgets présentés de manière globale, nous réservant la possibilité au fil de l’eau de critiquer ou de ne pas valider les projets qui ne nous semblaient pas conformes à la manière dont les écologistes souhaitent voir évoluer l’agglomération aujourd’hui et demain.

Nous aurions pu faire de même cette année, mais je dois vous avouer que les écologistes éprouvent ce matin une certaine gêne à l’examen du Budget primitif.

En effet, nous avons été surpris il y a deux jours de découvrir un communiqué de presse nous informant que la Communauté Urbaine, aux côtés du Conseil Général du Bas-Rhin et de la Région Alsace, avait choisi de s’engager dans le financement du Grand Contournement Ouest de Strasbourg, projet inutile et couteux auquel nous sommes farouchement opposés.

Outre le fait que cette annonce a été faite sans concertation aucune avec votre majorité, elle nous interpelle à plusieurs titres.

En effet, alors que vous nous demandez d’examiner le Budget 2014 de la CUS et de valider un nombre important d’engagements, nous aimerions pouvoir disposer des outils indispensables à l’appréciation de sa solidité et de sa sincérité.

C’est important pour son examen aujourd’hui, mais aussi pour la garantie de son exécution dans l’avenir.

Je voudrais donc, M. le Président vous poser 4 questions avant de pouvoir me prononcer en conscience sur le Budget primitif 2014 :

  1. pourriez vous nous dire, Monsieur le Président, quel sera le montant, et donc l’impact, du financement du GCO sur le budget communautaire, en 2014 et au-delà ?
  2. pourriez vous nous dire, Monsieur le Président, quelles seront les conséquences de ce financement sur la pression fiscale exercée par la collectivité sur nos concitoyens ?
  3. pourriez vous nous dire, Monsieur le Président, quel sera l’impact de ce financement sur la structure de la dette de la Communauté Urbaine de Strasbourg ?
  4. enfin, pourriez vous nous dire Monsieur le Président, quelles seront les répercussions de ce financement sur les projets que nous nous apprêtons à discuter ? Risquons nous, Monsieur le Président, au cours de l’exercice 2014 de devoir temporiser, retarder, voire abandonner, du fait de la rareté de l’argent public et de la contraction de la ressource financière dont nous parlé au moment du débat d’orientation budgétaire, et du fait de ce choix absurde que nous ne partageons pas, le financement du Grand Contournement Ouest de Strasbourg ? Et si tel était le cas, pourriez vous nous dire d’ores et déjà quels projets pourraient être concernés ?

Vous comprendrez aisément, M. le Président, au vu de ces questions de fond, que nous ayons quelques difficultés à apprécier le budget que vous nous présentez aujourd’hui. Nous restons toutefois extrêmement attentifs aux réponses que vous voudrez bien nous apporter ici et maintenant pour déterminer en conscience notre positionnement et bien sûr notre vote.

Monsieur le Président, je vous remercie