Conseil municipal du 22 juin 2015
Point n°26 : Rénovation des Bains municipaux de Strasbourg – Mission d’étude à la Société Publique Locale Deux Rives
Intervention de M. Eric Schultz – Adjoint au Maire

 

Monsieur le Maire, Chèr-e-s collègues,

La question de l’avenir des Bains de la Victoire reste une question délicate, difficile, qui retient régulièrement l’attention des membres du conseil municipal comme de nombre de nos concitoyens. Pour preuve, à chaque fois que ce sujet est évoqué, nous pouvons mesurer l’attachement profond, passionnel, presque viscéral, de tout un chacun pour cet élément remarquable de notre patrimoine municipal.

Ces dernières semaines, une pétition de « Défense des Bains municipaux » aura ainsi rassemblé près de 5000 signatures, soit 2000 de plus qu’en 2010… ce n’est pas rien…

Si le parallèle peut être aisé, nous ne sommes pourtant pas dans la même situation qu’il y a cinq ans. En effet, alors que le projet de Partenariat Public Privé envisagé initialement menaçait effectivement la pérennité des activités de service public des Bains municipaux et la vocation même de cet établissement, la délibération qui nous est aujourd’hui présentée intègre un certain nombre d’éléments avancés par ceux là même qui s’étaient opposés alors à toute velléité de privatisation.

Maintien des activités de baignade et du sport scolaire, maintien d’une offre (même réduite) de bains et douches publiques, développement de nouvelles activités de sport santé en lien avec le secteur de l’Economie sociale et solidaire, requalification patrimoniale et bien évidemment maitrise des coûts financiers et environnementaux… Je ne peux donc que souscrire à l’esprit de la Charte telle qu’elle nous est ici présentée… Pour m’être exprimé à ce sujet en juin 2010, je mesure le chemin parcouru…

Pour autant, et s’agissant d’une mission d’étude, il est important de rappeler, comme en juin 2010, que nous ne sommes aujourd’hui qu’au début d’un processus démocratique qu’il conviendra de mener à son terme et dans cet esprit.

Il me paraît donc d’ores et déjà important de pouvoir faire part à l’assemblée municipale de quelques réflexions sur l’avenir des Bains municipaux.

Pour reprendre des termes que j’ai déjà prononcés dans cette enceinte il y a cinq ans, presque jour pour jour, je voudrais redire ici que : « Les Bains Municipaux sont certes un élément de patrimoine architectural dont nous avons la responsabilité, mais ils sont aussi, pour nombre d’entre nous, un élément essentiel de notre patrimoine social et culturel qu’il importe absolument de préserver.

Bâtiment remarquable construit au début du siècle dernier par Fritz Beblo, et inscrit depuis plus de dix ans à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, les Bains municipaux sont aussi un produit direct des utopies sociales du XIXe siècle et probablement l’un des derniers équipements publics de Strasbourg où la mixité sociale peut s’exprimer pleinement et ne pose pas question… » [1]

Au-delà de ce postulat d’ordre général, je voudrais insister par ailleurs sur deux éléments qui me paraissent essentiels que nous ne devrons je pense en aucun cas perdre de vue au cours de nos réflexions et de nos débats à venir, à savoir : premièrement l’inscription du futur projet dans la continuité, actualisée, de sa vocation initiale ; deuxièmement, le lien étroit et précieux qui lie ce bâtiment à son environnement humain et urbain, et notamment au quartier de la Krutenau.

Sur le premier sujet, il n’est pas inutile de rappeler, à l’instar du professeur Alexandre Kotska [2], que, je cite « toute intervention patrimoniale sur les bains doit avoir à l’esprit que ce bâtiment a été conçu avec une certaine visée, qui associe le souci de santé publique à un projet politique d’accès de tous. La spécificité et la cohérence des Bains de Strasbourg, c’est d’être plus qu’un endroit où on se met à l’eau, mais d’être un lieu communautaire pour rester en bonne santé, voire un équipement de ce qu’on appellerait aujourd’hui médecine préventive. ».

Dans cet esprit, et si il paraît difficile d’associer des activités de service public avec des équipements de luxe privés, et destinés à quelques privilégiés, une mise en avant volontaire du développement d’activités liées à la politique municipale de sport-santé en lien avec le secteur de l’Economie Sociale et Solidaire et notamment le mouvement mutualiste de santé pourrait représenter, si nous y parvenons, un compromis acceptable nous permettant à la fois de réhabiliter le site et de conserver l’esprit qu’ont voulu lui donner ses pères fondateurs.

Le second sujet, tout aussi délicat, concerne la prise en compte de l’impact que pourrait avoir le projet des Bains municipaux sur son environnement urbain.

Il n’est en effet pas inutile de rappeler que le bâtiment se situe à l’intersection de la Neustadt et de la Vieille Ville et que le choix de cette implantation a correspondu à une volonté politique évidente, celle d’opérer la jonction entre ces deux morceaux de ville tout en permettant à la population d’un quartier alors insalubre d’accéder à une amélioration de ses conditions d’hygiène.

Nous ne sommes certes plus dans la même situation. Pour autant, le quartier de la Krutenau demeure un quartier populaire de centre-ville, riche de la diversité générationnelle et sociale de ses populations, richesse qu’il convient absolument de préserver. Certains de ses habitants ont d’ailleurs toujours recours au service de bains et douches proposés, et pour ce que nous pouvons constater ce nombre ne devrait pas décroitre dans les années à venir…

Nous devrons donc être extrêmement vigilants si nous voulons faire en sorte que le projet à venir ne vienne pas encourager une spéculation immobilière agressive, peu soucieuse de mixité sociale et générationnelle et susceptible de repousser les habitants du quartier vers des horizons urbains plus lointains et moins chaleureux.

Encore une fois, un projet s’inscrivant dans la lignée de la vocation originelle des Bains (santé pour tous, accessible à tous) me paraîtrait bien plus pertinent que l’implantation d’équipements de luxe que nous savons ne pas répondre aux problématiques du quartier…

Monsieur le Maire, Chèr-e-s collègues, j’ai voulu faire ce détour pour exprimer à ma manière les attentes que bon nombre de nos concitoyens ont aujourd’hui concernant l’avenir des Bains municipaux et qu’ils expriment par leur inquiétude.

Aujourd’hui comme en 2010, nous sommes nombreux à être attachés à la préservation et à la rénovation sans gabegie financière d’un bâtiment remarquable dont il convient de préserver les usages et les spécificités. Aujourd’hui comme en 2010, nous sommes nombreux à appeler de nos vœux le choix de solutions pérennes qui soient à même de préserver la vocation pionnière de cet établissement tout autant que les équilibres sociaux et résidentiels du quartier qui le jouxte.

En adoptant cette délibération, nous ne validons pas seulement l’attribution d’une mission d’étude à la SPL Deux Rives, nous nous engageons dans un processus de débat public dont le résultat devrait nous être présenté ici même d’ici 6 mois. Je ne peux donc que souhaiter que ces attentes soient entendues, et que les solutions que nous retiendrons, à terme, iront dans le bon sens.

Monsieur le Maire, Cher-e-s collègues, je vous remercie.

 

[1]     Eric Schultz, Intervention au Conseil de CUS du 25 juin 2010 « Point n°95 : Lancement d’une assistance à maîtrise d’ouvrage juridique et financière portant sur le projet de restructuration des bains municipaux de Strasbourg »

[2]     Alexandre Kotska, Intervention au stammtisch organisé par l’Ahbak au Centre Culturel Alsacien, Mercredi 25 févier 2015  : « Les Bains municipaux. Des informations, un débat, pour assurer leur avenir au service de tous »