Monsieur le Maire, cher-es collègues,

En tant qu’écologiste, je ne peux que me réjouir la présentation de cette délibération tant attendue devant le Conseil municipal. En effet, nous sommes ici devant un travail de coproduction exemplaire dont il convient de souligner la qualité autant que la portée.

En effet, confrontées à la demande de nombreuses associations de quartier, pour certaines engagées de longue date dans le mouvement des jardins participatifs, la Ville de Strasbourg et la Communauté Urbaine ont su accompagner avec bonheur l’initiative associative pour en faire émerger une politique globale cohérente de valorisation des déchets fermentescibles.

La convention qui nous est proposée a certes considérablement évolué depuis ses premières déclinaisons mais je pense que chacun pourra se dire satisfait du résultat obtenu au terme d’une concertation patiente et minutieuse entre les différents acteurs associatifs impliqués dans ces échanges et la collectivité.

Cette reconnaissance du fait associatif et de son autonomie, et de son rôle dans l’émergence de nouvelles politiques publiques, n’est en effet pas si fréquente et je tiens à remercier ici Mesdames Buffet et Barrière, ainsi que les membres de l’administration pour le travail accompli.

Ceci étant, nous devons également être conscients que nous sommes peut être ici à un tournant dans le cadre de notre politique de gestion des déchets verts. En effet, l’initiative associative a permis de sensibiliser la collectivité à l’absolue nécessité de s’engager de manière volontaire dans une nouvelle étape de tri des déchets par les citoyens, et de leur valorisation.

Cette association fructueuse ayant connu un succès croissant, elle nous impose aujourd’hui de réfléchir à la manière dont nous pourrions étendre, voire généraliser la collecte des déchets fermentescibles à l’échelle de la ville, voire de l’agglomération, et de franchir ainsi une nouvelle étape en termes de réduction des déchets pris en charge par la CUS.

Je voudrais donc saisir l’occasion de cette délibération, Monsieur le Maire, pour vous demander quelles sont au niveau municipal les grandes lignes de notre politique globale de gestion des déchets verts, et surtout au delà des partenariats associatifs actuellement existants et des incitations financières au compostage individuel, comment nous envisageons d’étendre ces pratiques de tri à l’habitat collectif et au parc social ?

Certaines collectivités comme Rennes ou Nantes s’étant d’ores et déjà engagées dans le compostage « en pied d’immeubles », il nous paraîtrait en effet extrêmement intéressant que Strasbourg puisse suivre cette voie, comme il nous paraîtrait intéressant à titre expérimental de pouvoir installer des points de collecte de déchets verts sur les principaux marchés de la ville…

Monsieur le Maire, cher-es collègues, je vous remercie…