Communiqué de presse du 24 juin 2013, des élus écologistes communautaires et municipaux de la Communauté Urbaine de Strasbourg suite à l’annonce partielle sur des choix effectués pour le tram H Vendenheim-Wolfisheim,

Samedi 22 juin Roland Ries, 1er vice-président de la CUS en charge des déplacements et maire de Strasbourg, a annoncé que cette nouvelle ligne tram commune au nord et à l’ouest de la CUS serait « différenciée » entre ces 2 axes, avec un tram sur fer pour l’ouest et Koenigshoffen, et une décision qui resterait à être prise ou annoncée pour la desserte des communes au nord.

Les contributions et prises de position des élus écologistes communautaires et municipaux de la CUS (d’Europe Ecologie les Verts et de Schilick Ecologie) sur ce projet de nouvelle ligne tram, ont consisté constamment à :

  • valider le tram sur ce parcours déjà peuplé et avec un potentiel certain d’accroissement des usagers, à l’ouest comme au nord;
  • retenir le tram sur fer par cohérence avec le réseau tram existant ;
  • améliorer l’efficacité de l’ensemble du réseau des transports en commun, par ex avec un terminus nord près de la gare de Vendenheim ; et plus largement à soutenir les ambitieux investissements pour un réseau de transports en commun performant sur l’ensemble de la CUS au bénéfice des usagers.

Nous sommes donc satisfaits que le tram sur fer soit retenu ( au moins pour l’ouest & Koenigshoffen) : l’option fer est la bonne solution pour la cohérence du réseau, la pérennité des investissements et la durabilité.

Mais nous ne comprenons pas :

  1. cette « différentiation » (coupure en deux) à présent appliquée sur une ligne ouest-centre-nord dont on nous vantait la pertinence durant 2 ans ;
  2. un choix de mode qui serait distinct : le tram sur pneu ne serait pas valable pour l’ouest mais le serait pour les communes du nord ?
  3. les motivations de tels choix : pour un projet CUS, les critères pour une même décision ne seraient pas les mêmes selon qu’il s’agisse de Strasbourg ou d’autres communes ? Les chiffrages d’usagers actuels des lignes de bus 4 & 6 et de populations desservies à terme par le tram sont pourtant tout à fait comparables entre les branches ouest et nord, surtout si l’on tient compte des multiples secteurs ou friches urbanisables.

Les interrogations ne manquent pas sur la méthode déployée, par exemple :

  • Pourquoi des annonces morcelées par tronçon avec des options distinctes, pour un même projet global ?
  • Pourquoi la transparence des chiffrages publiés lors des concertations pose-t-elle autant de problèmes ?
  • Si la « différentiation » était confirmée, pourquoi a-t-il fallu plus de 2 ans pour invalider ce choix, sans que l’on en connaisse d’ailleurs les motifs à ce jour ?

A quel moment les élus des communes concernées, et pas seulement les maires, sont-ils consultés ? Nous demandons que les options qui restent « ouvertes » soient présentées aux élus des communes et de la CUS, avant les prises de décisions ?

Les élus écologistes de la CUS

Bischheim : Gérard SCHANN – Schiltigheim : Andrée BUCHMANN, Danielle DAMBACH, Vincent KAYSER, Patrick MACIEJEWSKI, Denis MAURER, Anne SOMMER – Strasbourg : Chantal AUGE, Mina BEZZARI, Marie-Dominique DREYSSE, Alain JUND, Eric SCHULTZ, Derya TOPAL