Monsieur le Maire,
Cher-es collègues,

Nous voici une nouvelle fois sollicités pour examiner la demande de subvention complémentaire de fonctionnement portée par l’Association des Amis du Zoo de l’Orangerie. Cette demande complémentaire, à hauteur de 40 000 €, est une somme conséquente qui vient s’ajouter à la subvention de fonctionnement « ordinaire » de 270 000 € déjà attribuée pour l’exercice 2015.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je voudrais prendre quelques instants pour rappeler, de manière presque rituelle maintenant, que le Zoo de l’Orangerie est, au fil des ans, devenu emblématique des progrès que nous avons encore à réaliser en matière de prise en compte de la condition animale dans nos travaux et dans nos politiques.

Le Mahatma Gandhi, dont la statue a été installée non loin d’ici, nous le rappelait déjà à son époque : « La grandeur d’une nation et ses progrès moraux peuvent être jugés par la façon dont elle traite ses animaux ». On ne saurait mieux dire…

Pourtant les temps changent. La société et les mentalités évoluent. Lentement… Et si je n’oublie pas que cette année 2015 a aussi été celle de l’inscription dans le Code Civil du fait que « Les animaux sont des êtres vivants doués de sensibilité », il nous appartient désormais de définir des politiques ambitieuses qui prennent en compte ces évolutions sociétales.

Dans cet esprit, je forme une nouvelle fois le vœu que notre assemblée puisse se saisir pleinement de cette question et je voudrais saluer ici l’initiative prise par ma collègue Christel KOHLER qui a mis en place à Strasbourg, au début de cette année, un groupe de travail prometteur sur la place de l’animal en Ville… Une première en France !

Pour en revenir au Zoo de l’Orangerie, je voudrais rappeler ici que, depuis 2008, les écologistes n’ont eu de cesse de pointer les dysfonctionnements de cet équipement :

  • Non-conformité avec la directive européenne zoos de 1999, transposée dans le droit français en mars 2004
  • Conditions de détention problématiques des espèces entrainant des troubles de comportements liés en partie à la proximité et au comportement du public, notamment chez les lynx ou les aras…
  • Fonctionnement peu respectueux de l’usage du denier public dans la mesure où les demandes de financement de l’Association des Amis du Zoo de l’Orangerie n’ont cessé de croître ces dernières années…

Pour ne prendre que ce dernier exemple, je voudrais rappeler, une fois encore que depuis 2008, la subvention de fonctionnement « ordinaire » attribuée à l’association des Amis du Zoo de l’Orangerie est passée de 223 000 € en 2008 à 270 000 €, ce qui représente une hausse de + 21% en six ans… Peu d’associations, en vérité, peuvent se targuer d’avoir augmenté autant leurs subventions de fonctionnement en période de disette budgétaire… Et à plus forte raison lorsque les engagements pris auprès de la collectivité par le passé n’ont pas été respectés…

Pour mémoire, je ne citerai ici que la délibération du 23 juin 2008 dans laquelle le Conseil demandait déjà à l’Association de mettre en place, je cite, « les conditions d’un retour pérenne à l’équilibre budgétaire dès 2009 et définir un cadre stable et définitif concernant l’aide financière apportée par la collectivité » après lui avoir attribué une subvention complémentaire de 20 000€ « pour aider l’association à faire face à ses difficultés de trésorerie »

Difficultés non résolues puisque nous sommes passés de 243 000 € de subvention en 2008 à 310 000 aujourd’hui.

A chacun d’apprécier, mais force est de constater que 7 ans après, peu de choses ont évolué au final. De fait, nous en sommes toujours à attribuer des subventions complémentaires de fonctionnement, à hauteur de 40 000 € je le rappelle, pour, je cite, « faire face à des difficultés de trésorerie dues principalement aux charges élevées de personnel et à l’augmentation des frais engendrés par l’évolution et les contraintes de la législation en vigueur ».

Ces demandes récurrentes et leurs motifs, tout aussi récurrents, interrogent sur la manière dont cette association conçoit ses relations avec la collectivité et considère le contribuable.

Ces six dernières années, nous avons en effet demandé à plusieurs reprises que l’Association des Amis du Zoo de l’Orangerie soit rappelée à ses obligations et soumise à des contrôles plus stricts… sans succès semble-t-il…

Je réitère donc ici une nouvelle fois cette demande…

Et ce avec d’autant plus de convictions que nous sommes aujourd’hui en période de forte contraction de nos ressources budgétaires et que la situation de l’association n’a semble-t-il guère évolué ces dernières années.

Rappelons ainsi que l’Association des Amis du Zoo est apparemment en situation de déficit structurel depuis 4 ans et que ce déficit représente aujourd’hui près de 110 000 € sur un budget de 310 000 € (35%). Ce n’est pas sérieux et traduit de manière flagrante son manque de détermination à prendre les mesures nécessaires en interne pour redresser cette situation, préférant se reposer quasi exclusivement sur le denier public…

Il est plus que temps, je pense de rappeler cette association à ses obligations.

Dans l’attente, et en précisant que si les écologistes sont hostiles au maintien en détention d’espèces sauvages, ils ne sont pas opposés à une évolution de cet équipement vers des formes plus adaptées à la reconnaissance et à la valorisation d’un rapport harmonieux entre l’homme et l’animal, nous ne voterons pas, comme les années précédentes, la demande de subvention complémentaire de l’Association des Amis du Zoo de l’Orangerie.

Monsieur le Maire,
Cher-es collègues, je vous remercie