A Strasbourg comme ailleurs les résultats des élections européennes interpellent.

Les élections du 26 mai ont ouvert de nouvelles possibilités que nous devons saisir pour offrir une alternative au face-à face qui oppose l’ultra-libéralisme à l’extrême-droite.

Le vote écologiste aux européennes, dans sa diversité, les mobilisations citoyennes en faveur de la santé publique, pour une meilleure qualité de l’air ou contre l’usage de pesticides, les combats pour la justice climatique et les fortes mobilisations de la jeunesse, la défense de la condition animale, le refus des projets coûteux et inutiles comme le GCO, le développement des Zad, mais aussi les mobilisations syndicales en faveur des services publics, les mobilisations populaires comme celle des gilets jaunes, ou citoyennes aux côtés des migrants ou contre les réformes de l’éducation de la maternelle à l’Université, attestent de l’urgence qu’il y a, à faire émerger l’écologie sociale et populaire sur le terrain politique .

Nous nous réjouissons du succès de l’écologie sur le terrain électoral. Mais nous savons aussi d’expérience que cette poussée reste fragile et qu’il faut transformer l’essai.

Nous n’avons pas d’autre choix : l’écologie doit marcher sur ses deux jambes si nous voulons bâtir une alternative citoyenne, culturelle et populaire au néo-libéralisme.

A Strasbourg comme ailleurs, le temps n’est ni aux alliances de circonstance, ni à la quête d’une illusoire hégémonie d’un parti, quelle qu’il soit. L’heure est à la mobilisation large de celles et ceux qui veulent inverser le cours des choses. Travaillons à l’émergence d’une dynamique locale au service de la justice sociale, de la planète, et d’un mieux vivre ensemble.

Nous sommes convaincu.e.s que c’est au niveau local que tout se joue.

C’est au niveau local que nous pouvons rassembler et mobiliser au plus près des aspirations de chacun·e.

C’est au niveau local que nous pouvons, rompre avec les logiques économiques et industrielles qui nous poussent vers le désastre climatique.

C’est au niveau local que nous pouvons construire de nouvelles solidarités dans une ville égalitaire, inclusive et plus humaine.

Femmes et hommes de bonne volonté, citoyen·ne·s engagé·e·s ou concerné·e·s, militant·e·s du quotidien, écologistes de longue date ou de fraîche extraction, militant·e·s politiques, syndicales.aux ou associatif·ve·s, nous appelons toutes celles et tous ceux qui partagent ces constats et ces envies à :

• se retrouver afin d’échanger sur ce qui nous rassemble plus que sur ce qui nous sépare
• travailler à l’élaboration d’un projet municipal et métropolitain pour l’avenir
• préparer une alternative citoyenne, écologiste, sociale et populaire pour les élections municipales de mars 2020

Ensemble construisons l’Ecométropole de Strasbourg.

Premières signatures : Nadia Annebi Gautelier, direction administrative ; Anne-Véronique Auzet, professeure de géographie à l’Université ; Sébatien Baguerey, consultant relations publiques ; Mathieu Béchu Diaz, enseignant en collège et juriste ; Christian Bonardi, retraité, Véronique Brom, enseignante en histoire des institutions européennes ; Marguerite Fay, entrepreneur/ingénieur informatique ; Alexandre Feltz, maire adjoint et médecin généraliste ; Marie Hoffsess, journaliste et naturopathe ; Luc Huet, entrepreneur/ingénieur informatique ; Yovan Iñiguez del Río ; Colin Jude, étudiant ; Galatea Knobel, artiste et guide interprète ; Mathieu Kroon-Gutiérrrez, doctorant en histoire et science-politique ; Sébastien Mas, militant associatif et formateur en français ; Josiane Nervi-Gasparini, retraitée de l’enseignement supérieur ; Nathalie Palmier, commerciale ; Alfred Ruiz, retraité ; Moetez Saadani, étudiant ; Eric Schultz, maire adjoint et libraire ; Nino Toussaint, étudiant

Pour nous contacter : ecolopop@protonmail.com